Laboratoire GEODE

Laboratoire GEODE

Accueil >Axes de Recherche

Axe 2 : Enjeux environnementaux et paysagers des SOciétés Contemporaines – ESOC

Responsable :

 

Résumé :

L’analyse des interactions entre dynamiques environnementales, politiques publiques et situations locales vise à la compréhension des changements actuels de l’environnement et des paysages dans leur double dimension naturelle et sociale. Situées à l’articulation de différentes échelles spatiales et temporelles (300 dernières années), les problématiques développées sont en prise directe avec la demande sociale et de terrain. Elles se traduisent par la production de connaissances et d’outils en appui aux politiques publiques et à destination des acteurs territoriaux. Elles portent sur l’articulation et l’interaction entre :

Notre démarche privilégie également la réflexivité sur les interactions entre sciences - sociétés – environnement.

La question centrale des dynamiques contemporaines est complétée par l’approche prospective à court et à moyen terme. Au plus près des évolutions des politiques de gestion des environnements ou des paysages, les activités de l’axe sont marquées par une double approche :

 

Les recherches sont conduites principalement dans quatre directions :

1. Crises et risques environnementaux - hydroclimatiques


L’enjeu est, d’une part, la mise en perspective de l’histoire récente des aléas en lien avec le changement climatique, d’autre part la caractérisation des processus de vulnérabilisation comme d’adaptation et de résilience des sociétés confrontées aux extrêmes hydrologiques (excès et pénuries). Les incidences nombreuses des activités humaines sur les hydrosystèmes (Garonne, Gironde, Pyrénées, Amérique latine, Delta du Danube, Inde…) et les capacités de réaction des sociétés riveraines y seront largement abordées. Les espaces montagnards et méditerranéens, du fait de leur exposition à des événements de forte intensité, s’accompagnant parfois de dégâts importants et de victimes, constituent un terrain d’application classique de ces recherches. Les cours d’eau urbains sont concernés par la question des risques mais aussi de leurs aménités (reconquête des bords de cours d’eau, paysage, TVB) ou encore de la qualité des milieux bio-physiques et services écologiques (DCE, TVB).

 

2. Qualification et gestion des ressources environnementales – biodiversité et agro-diversité

L’un des objectifs est de travailler de façon transversale sur les indicateurs socio-environnementaux et leurs usages dans une perspective critique de leur construction et de leur utilisation. Si la qualification repose sur l’identification des registres, des dispositifs et des rapports d’acteurs qui conduisent à désigner des objets et des entités géographiques pour faire projet (ressource), l’analyse et la lecture sociale de ces constructions se double d’une objectivation à partir de mesures et d’expertises des ressources. Les observatoires des paysages seront mobilisés comme des outils transversaux permettant la constitution d’une mémoire mais aussi comme référentiels de données spatio-temporelles. Plus largement, ces dispositifs permettent de renseigner les impacts de politiques d’aménagement durable des territoires.
Les politiques publiques et pratiques locales influent sur les dynamiques environnementales et, en retour, les dynamiques environnementales modifient les représentations, les pratiques et les politiques de l’environnement en particulier dans les espaces sous statut de conservation et de protection (parcs nationaux, réserves de biosphères…). Cependant, il existe des décalages entre les processus à l’origine des changements de l’environnement et les représentations sociales de ces changements. Les projets de recherche permettent d’apporter des connaissances à la fois sur les représentations, les pratiques et les processus de régulation qui y président mais aussi en termes d’effets des politiques sur ce que l’on nomme communément les « ressources ».

 

3- Politique publique, conflits et gouvernance environnementale

Les dynamiques environnementales et sociales contemporaines - changements climatiques, diminution de la biodiversité, patrimonialisation de l'environnement…- exacerbent les tensions entre diagnostics scientifiques, politiques publiques et pratiques locales.
La compréhension des jeux d‘acteurs à propos d’un conflit territorial, d’une controverse environnementale contribue à décrypter les enjeux socio-environnementaux à différentes échelles et à étudier la pertinence des politiques publiques au niveau de leur élaboration, leur mise en œuvre et leur acceptabilité sociale. L’analyse de ces mondes et territoires en tension permettra de mieux comprendre les difficultés rencontrées par les politiques publiques environnementales et paysagères et de discuter des verrous à dépasser. L’un des objectifs est de se centrer sur les conflits autour des politiques de conservation/protection/restauration et de certains aménagements qui focalisent et cristallisent actions collectives, inscriptions territoriales des contestations environnementales et périmètres de projets. L’attachement au lieu, encore peu exploré dans la littérature scientifique française, sera mobilisé dans la perspective d'appréhender ses implications tant sociales que spatiales au regard de son rôle dans la contestation de certaines opérations d’aménagement du territoire – décharge, retenue d’eau…

 

4. Approches explicatives et prospectives des enjeux et dynamiques environnementales 

Nombre d’actions de gestion environnementale et de mesures d’aménagement du territoire abordant des questions de développement durable, d’environnement et du paysage au sens large, font appel à la formalisation et l’explicitation, mais aussi à l’anticipation, la scénarisation, la prospective : la prévention des risques, les études d’impact, les mesures compensatoires, les documents d’aménagement et d’urbanisme à toutes les échelles …
Ces thématiques sont abordées avec des méthodes et techniques diverses et complémentaires. Une approche de nature qualitative vise à prendre en compte les perceptions des acteurs sur le territoire ou vise à expliciter les modèles conceptuels des différents scientifiques dans des projets interdisciplinaires.
Une seconde approche est quantitative et spatialement explicite. Nous travaillons avec des modèles de simulation spatio-temporels générant des réseaux d’acteurs, et des territoires plausibles, probables, possibles du passé, de l’actuel comme test et des situations futures comme exploration, au travers de scénarios tendanciels et de scénarios alternatifs. Sur le plan méthodologique nous nous servons de modèles PBM (pattern based models) et ABM (agent based models). Si les premiers partent de la configuration spatiale actuelle et passé pour simuler un futur, les seconds mettent l’accent sur les acteurs. Tous deux, complémentaires, donnent des simulations dont il convient de cerner leur réalisme par des techniques de validation.

 

Méthodes :

L’équipe fait une large place aux méthodes issues de la géographie sociale et de la géographie environnementale.
- Les enquêtes sociales (entretiens, questionnaires, parcours commentés, ZADA, cartes mentales…) constituent des outils et techniques privilégiés dans le cadre d’une approche relationnelle, associée à la cartographie.
- L’analyse géohistorique est également un point fort et recourt aux données d’archives (plans et cartes, archives photographiques, sources écrites) notamment pour les 3 ou 4 derniers siècles autorisant la reconstitution de trajectoires.
- L’observation des systèmes « naturels » sur la durée grâce à des sites instrumentés (tourbières et cours d’eau pyrénéens, bras morts de la Garonne…) et des diagnostics écologiques (pelouses sèches, zones humides). Les dynamiques paysagères sont abordées notamment dans le cadre d’observatoires du paysage.
- Les outils de la modélisation, conceptuelle et informatique, dans un objectif d’explicitation et de prospective.

De manière transversale, ces méthodes sous-tendent une réflexion sur la recherche d’indicateurs écologiques et sociaux pertinents pour qualifier et caractériser les milieux et les paysages. Le recours à la spatialisation, aux systèmes d’information géographique et à la télédétection constitue une des modalités de confrontation et d’intégration de ces données.
  • Géographie sociale de l’environnement
  • Géo-Histoire
  • SES
  • modélisation
  • spatialisation des enjeux environnementaux
  • observatoire
  • Political ecology Risque
  • adaptation
  • résilience
  • vulnérabilité
  • restauration
  • biodiversité
  • agrodiversité
  • politiques publiques
  • jeux d'acteurs
  • gouvernance environnementale
  • conservation de la nature
  • qualification
  • mesures
  • indicateurs
  • ressources
  • attachement au lieu
  • patrimonialisation
  • conflit environnemental
En cours de rédaction

Les recherches concernent plusieurs domaines géographiques :

  • Europe latine - du sud : Sud-Ouest de la France : Pyrénées, Massif Central et Région Occitanie, Espagne, Roumanie
  • Amérique Latine : Chili, Colombie, Equateur, Guyane française, Mexique, Venezuela
  • Afrique de l’Ouest et de l’Est : Sénégal, Tanzanie
  • Canada et Inde
AccueilImprimerContactPlan du siteCredits